LE KARATÉ

En quoi consiste le karaté ?

Le Karaté est un art martial, un sport et une self-défense,
il est accessible à tous et peut être pratiqué dès 6 ans...et très longtemps !

Le kihon
« La technique de base »
Le kihon consiste à répéter individuellement et la plupart du temps en groupe des techniques, positions et déplacements. Pratiqué avec un partenaire de façon codifiée, on parle alors de kihon-kumite.
Le kata
« La forme »
Le kata est un enchaînement codifié et structuré de techniques, représentant un combat réel contre plusieurs assaillants virtuels quasi simultanés, ayant pour but la formation du corps, l’acquisition d’automatismes ainsi que la transmission de techniques secrètes. Le kata dépasse l’aspect purement technique en permettant au pratiquant, après de nombreuses répétitions, de tendre vers la perfection des mouvements.
Le kumite
« Grouper les mains »
Le kumite permet travailler en groupe et non plus tout seul . Cette notion de kumite peut prendre de multiples formes en karaté de la plus codifiée à la plus libre. Le combat peut être pré-défini (kihon-kumite), fixé à un nombre d’attaques précis (« ippon kumite » pour une attaque, « nippon kumite » pour deux attaques, sanbon kumite pour trois attaques, …), dit souple (jū kumite), sans contact (kunde kumite) ou libre (jiyū kumite).

Définition du karaté

Le karaté est une discipline dont les techniques visent à attaquer (atemi) ou à se défendre (uke) au moyen des différentes parties du corps :

Doigts (nukite), mains ouvertes (shuto) et fermées (tsuki), avant-bras (uke), pieds (geri), coudes (enpi), genoux (ex: hiza geri),…

Des nuances de contenus techniques sont relativement marquées en fonction du style

– (shōrin-ryū, shōtōkan, shōtōkai, wadō-ryū, shitō-ryū, gojū-ryū…).

Les origines du karaté

Le karaté prend son origine en Chine où des moines avaient développé une forme de gymnastique qui s’est transformée par la suite en technique de combat à main nue, puis il s’est répandu dans le sud du Japon.

Le style Shotokan est fondé en 1938 par Gichin Funakoshi. Le nom Shōtōkan-ryū, ou l’école de « la maison de Shoto », est créé d’après le nom de plume de Funakoshi, « Shoto ».

Gichin Funakoshi est considéré, au Japon, comme le fondateur du karaté moderne. Il fut l’un des premiers à promouvoir cet art martial lors de la première démonstration nationale d’athlétisme à Tokyo en 1922.

Mais c’est son fils, Yoshitaka, qui est à l’origine du style tel qu’on le connait.

Edmond CHASSIGNEUX - 28 février 1928 - 26 juillet 2012

E_Chassigneux

Edmond Chassigneux (``Chass``)

Dès son plus jeune âge il pratique le judo et passe les grades de 1er et 2ème Dan. En 1959 il débute dans le karaté et obtiendra  son 7ème Dan en 2001. A cette époque, le karaté n’est pas encore structuré mais Edmond Chassigneux se déplace à Paris et fait des stages avec Maitres Plée et Kasé, avec pour but d’enseigner cette nouvelle discipline.

Edmond Chassigneux enseigne dans deux clubs : à partir de 1963 au Shoken Karaté Club Voiron, qui deviendra l’Académic Karaté Voiron et au SKC Isère à partir de 1972 – clubs au sein desquels il formera de nombreux champions.

Chassigneux-Perez

Cours Préparatoires Spéciaux

En 1974, il met en place les « Cours Préparatoires Spéciaux » pour les différents passages de grades et organise des stages techniques régionaux.
A son actif en 1996, on recense : 10.000 licenciés – 700 ceintures noires du 1er au 6ème Dan – 50 D.E – 70 DIF.

Il ne cessera de participer à des stages de perfectionnement (Plée – Kasé – Nambu Oshima – Kanazawa – Guy Sauvin) et d’en organiser soit avec la Ligue (Kanazawa – Koga – Lavorato) soit en extérieur : Mulhouse – Orléans – Carcassonne.

12-1-blackwhite

Disparition d’Edmond Chassigneux

Avec la disparition d’Edmond Chassigneux  en 2012, le club mais aussi le département, la ligue et la fédération perdent un Grand maître de karaté.

Il a tout donné pour le développement de sa discipline, sans oublier la self défense et le nunchaku qu’il enseigna durant des décennies avec passion jusqu’en 2010.


Il nous quitte le 26 juillet 2012.